L'ABC des stratégies N°2 : Synthétiser l’urgence et le rejet

300-1.jpg
Very-Bad-Trip-3.03
como-aumentar-sua-forca-fisica
tonnerre-sous-les-tropiques-21
7449
HO-5095

Tu voudrais t'inspirer des grandes stratégies pour mieux gérer ton existence ? Lourd, aujourd'hui on parle de l'urgence et du rejet.Tu as un objectif personnel qui traine depuis longtemps ? Une échéance ou une épreuve arrive et tu sens que tu vas te foirer ? Lourd, voilà une stratégie à mettre en place.La guerre la plus difficile à mener, se trouve souvent être une guerre contre soi. Il est bien évident que vous êtes votre pire ennemi, vous êtes une plaie pour votre propre succès. Sans arrêt, vous devez avoir l’impression de vous bloquer, de vous ralentir, de ne pas être à la hauteur de vos projets.Rendez-vous à l’évidence, vous êtes toujours un échec, une déception et vos efforts paraissent toujours ridicule à côté de vos rêves. Il serait très humain, sinon trop humain, de se rendre compte que votre enveloppe n’est pas à la hauteur de vos aspirations.Vous pouvez continuer de vous rendre à l’évidence et décider de tout lâcher, de tout abandonner et de vous laisser mourir. Vous pouvez aussi regarder 575 heures de vidéos de motivation sur Youtube en espérant vous sortir de ce mauvais pas. Toutes sortes de gourou se relayeront jour et nuit, en faisant un joli billet, pour vous mettre un coup de pied au cul par écran interposé. En vérité, il est fort probable que ça ne fonctionne pas.

Alors, que faire ?

Tu remarqueras que deux choses sont susceptibles de te mettre au travail en principe ; l’urgence et le rejet. Tout le monde, même le plus grand procrastinateur du monde (surtout lui), est effrayé par l’urgence et le rejet. L’urgence est l’état d’esprit qui t’habite lorsque l’évènement pour lequel tu dois être prêt est très proche. C’est-à-dire qu’il te reste peu de temps. Le rejet, c’est ce qui te fait peur lorsque tu t’exprimes. On a tendance à avoir peur du regard des autres, intuitivement la faculté de juger effraie. Or ce n’est pas ce pouvoir de jugement qui effraie, mais le rejet qu’il pourrait impliquer.L’urgence et le rejet ce sont les deux facteurs négatifs qui mettent des grands coups de pieds dans le cul. Bien sûr, vous pouvez faire quelque chose dans le but de réussir, pour briller, pour être le meilleur. Être inspiré par des pensées positives est aussi quelque chose de puissant, mais de très souvent inadapté, voir inapplicable (surtout pour un procrastinateur qui ne fait que ce qu’il est contraint de faire). Vous devez donc simuler, créer une urgence et un rejet de synthèse pour être prêt au moment où vous devez être prêt.

Voilà un excellent Ted Talk qui va vous mettre sur la voie: https://waitbutwhy.com/2016/03/my-ted-talk.html 

Robert Greene présentait aussi cette idée sous la forme de Stratégie du « Dernier Carré ». Sun Zi appelait cela un « lieu de mort », et Sun Tzu cherchait dans ces considérations à maximiser le potentiel stratégique de ces soldats.Alors qu’est-ce que c’est que ce bordel ? Le dernier carré c’est la dernière chance, le moment où un groupe de soldat est dos à dos pour faire face à tous les fronts, et sans doute y mourir. C’est pour cela que Sun Zi appelait ça un « lieu de mort ». C’est là que vous allez perdre la vie (pour faire simple). Il est bien évident que le potentiel stratégique du soldat grimpe en flèche (comme dans la célèbre bataille de Camerone pour la Légion) car il est au pied du mur. En ce sens, s’il ne se sort pas les doigts du cul rapidement il va clamser là, il va rater, il va perdre sa vie. Il y a donc une urgence, et une forme aigüe de rejet qui va conduire à la mort.

C'est la situation extrême et il est peu probable que tu sois encerclé en cultivant l'ambition d'obtenir la réddition de l'armée mexicaine (Non parce que là faut nous wizzer sur MSN on va t'interviewer calmement). Quel est le résultat ? La mort en face permet de se battre avec une ardeur incomparable.Aussi contre intuitif que cela puisse paraître, la peur nous sauve de nos travers. Il ne faut donc pas obérer les échéances ni les retombés d’un éventuel échec. Si je ne rends pas mon devoir je vais avoir zéro, si j’ai zéro je n’aurais pas la moyenne et si je n’ai pas la moyenne je vais perdre une année en redoublant. Si je perds une année je vais retarder mon entrée sur le marché du travail tout en dépréciant la valeur de mon dossier. Cela va donc aussi affecter ma vie future dans un an, cinq ans et dix ans. C'est peut être un mensonge de se mettre des œillères à ce point là, car tout peut nous apporter une plus-value, même perdre du temps. Mais ça permet d'avoir conscience des enjeux normaux qui sont les nôtres, "ce qu'on attends de nous". Il faut donc simuler une multitude de fronts, nous laisser penser ainsi que nous sommes cernés, absolument contraint de déchainer tout notre potentiel. Libre à vous de travailler vos talents d’orateurs pour vous convaincre de l’urgence, ou tout simplement d’imaginer la deadline et la violence que le ridicule impliquerait.

Comment faire pour réussir ?

-Fixez-vous un seul défi. Regroupez tous vos objectifs en un unique défi, puis compartimentez le, en gardant à l’esprit que l’échec d’un seul évènement risque de tout faire échouer.

Si vous devez réussir un examen, décomposez le nombre de matières et leurs complexités respectives pour évaluer les efforts à fournir. Réussir l’examen, c’est tout réussir. Rater une seule chose, c’est tout rater.

-Simuler l’urgence au quotidien. Vous devez vivre dans la peur, comme si vos échéances étaient toujours demain, sans quoi vous attendrez un moment opportun qui ne va jamais arriver. Pour cela il ne faut pas obérer les parties les plus monstrueuses des tâches que vous devez effectuer, mais en prendre conscience clairement puis vous préparer à les affronter.

Si vous avez un cours de cent pages à apprendre pour dans une semaine, ne niez pas sa taille ni sa complexité et demandez-vous honnêtement de combien de lecture avez-vous besoin pour le connaître parfaitement ? Créez un équilibre selon le volume des tâches et le temps qu’il vous reste pour correctement les accomplir. Dites-vous ensuite que chaque échec, chaque report, chaque discussion avec vous-même ayant pour sujet l’abandon est non seulement une honte immédiate, mais aussi plusieurs hontes impliquant un nombre d’échecs infinis et indéterminés. Si vous ne tenez pas votre parole, vous ne la tiendrez jamais.

-Faites comme si vous n’aviez jamais échoué. Si c’est la dixième fois que vous ratez un examen, ne faites pas comme les neuf dernières fois, mais oubliez-les.

Si vous passez cet examen pour la troisième fois ce n’est pas grave. Vous devez repenser votre manière de réussir, d’aborder les choses et abandonner la lassitude qui doit aussi vous conduire à l’échec. Faites comme si vous n’aviez jamais rien raté, en tenant compte de pourquoi vous avez déjà raté. Et recommencez avec l’idée que c’est la dernière fois et que l’échec ne pourra pas être pardonné car il conditionne beaucoup de nouveaux succès.

Nous en présence des idées suivantes. Si un seul soldat fait défaut à sa position, tout le monde va échouer. Mais aussi que chacun d’entre eux à compartimenté son entrainement des mois durant, comme si il était certain que la guerre dans de mauvaises conditions allait avoir lieu, pour faire face à cette situation le jour venu. Enfin, il nie n’avoir aucune chance, avoir déjà perdu par le passé ou avoir déjà entendu parler de quelqu’un ayant échoué dans sa position.C’est une question d’humanité contre des mathématiques.« Oui, mais c’est le genre de trucs qui n’arrivent jamais, si c’est impossible tout le monde clamse et puis voilà. »-Certes, dans certaines conditions il est impossible de surmonter la situation mais je doute que ce soit ton cas.-Dans de nombreuses situations où tout le monde croyait des hommes perdus, cette stratégie a payée. C’est le cas de la bataille de Camerone et de nombreux autres haut fait de nos armées. Les vies perdues peuvent être comparée à des sacrifices, visant à faire remporter une victoire collective, même après la mort.Dans ton cas et par malhabile comparaison, cela peut signifier que sacrifier une partie de tes vacances (terrasse, cocktails et uber chétor à 3h du tam) te permette de remporter une victoire plus grande (comme valider un examen).Alors on se met dos à dos, et on avance la bleusaille !

EnquêtesCharal