Panthers: la série sur le grand banditisme Serbe, ou presque.

1200px-Jaguar

1200px-Jaguar

BLAP_post_master-3-960x540

BLAP_post_master-3-960x540

Dec. 12, 2006 - Sacramento, CALIFORNIA - Black panthers storm the California Capitol with guns in Sacramento May 2nd, 1967...SAMCC SBPM 840 (Credit Image: a© Samcc/Sacramento Bee/ZUMAPRESS.com)

Dec. 12, 2006 - Sacramento, CALIFORNIA - Black panthers storm the California Capitol with guns in Sacramento May 2nd, 1967...SAMCC SBPM 840 (Credit Image: a© Samcc/Sacramento Bee/ZUMAPRESS.com)

ap397213797517.jpg

ap397213797517.jpg

1f31adcb56da23691a648aad7e4ca37b562f63c140464

1f31adcb56da23691a648aad7e4ca37b562f63c140464

panthers_3633

panthers_3633

Panthers

Panthers

MONTENEGRO-GERMANY-BELGIUM-FRANCE-JUSTICE-CRIME

MONTENEGRO-GERMANY-BELGIUM-FRANCE-JUSTICE-CRIME

3206477813_1_4_1W3LoCCJ

3206477813_1_4_1W3LoCCJ

Même si la série date de 2015, on ne va pas y faire attention et en parler comme si elle venait d'arriver (Tu vas pas casser les reins dès la première phrase ok ?).De toute façon tu n'en as probablement jamais entendu parler (Raison de plus pour continuer de lire sans casser les reins).Déjà on va se mettre au clair sur le titre. Pourquoi Panthers ? Où est-ce qu'on va avec ça ?En vrai, on va y venir à cette image de Panthers et vous allez comprendre. Je peux tout expliquer ptn.Panthers: chaque prédateur a son prédateur. Série policière Canal+, qui ressemble donc pour beaucoup aux autres. Formellement, on est toujours dans des ressorts semblables, avec plusieurs personnages principaux embourbés dans une enquête interminable et très compliquée.Ce qui est novateur, à l'exception du thème, c'est l'image. Lorsque Braco ou Engrenages tournent autour de Paris, et des voyoux/ripoux bien de chez nous, Panthers nous emmène loin à l'Est pour y vendre des diamants volés sur Marseille.Dès les premières minutes de la série, c'est un braquage prenant qui a lieu dans la cité phocéenne. Les trois voleurs emportent 15 millions en diamants et s'évaporent.Parmi eux, un homme présenté comme "l'animal", un voyou emblématique des Pink Panthers; Milan Cevik (interprété par Gordan Bogdan, et il est excellent).Derrière eux, un commissaire de police originaire de la cité des Agnettes, Khalil Rachedi (interprété par Tahar Rahim), et Naomi Franckom qui bosse pour un cabinet privé payé par des assureurs pour retrouver les diam's.Le bordel classique en somme, rien de nouveau sous le soleil. L'intrigue part assez vite en couille et laisse un goût d’incompréhension qui explose dans le dernier épisode. Tout part littéralement dans tous les sens, et on a du mal à comprendre le but de ce point de départ. Certes peu audacieux, mais assez sympa tout de même. Je vous préserve du spoil, en attirant votre attention sur ce début, cette première scène, sans tout découdre non plus.Le braquage est intense et millimétré. On aurait aimé voir plus de scènes comme ça, qui rappelle un peu Inside Man, comme d'autres par la suite qui rappelleront vaguement Les promesses de l'ombre. Mais l'intrigue pêche, elle évolue d'une manière peu plaisante, se perd un peu et cesse à un moment de voyager entre les personnages. Ils ne se retrouvent plus dans cette affaire, et s'éloignent les uns des autres.Pour vous donner envie de regarder, il y a tout de même des choses dignes d'intérêts. Lesquelles ? Tout d'abord, comme dans de nombreuses séries Canal, il y a une ambiance caractéristique. L'image est belle, irréprochable, les prises de vues sont inspirées. Sur ces dernières, rejaillit un background poussé, bien recherché et profond. Du solide quoi.Pink Panthers.En l'espèce, on se focalise sur les "Panthers". Tout est dit à demi-mot, aucune des recherches ne sont explicitement mises en valeur dans les dialogues. C'est à dire que la série n'est pas sur les Panthers; elles sont un élément mourant, sur lequel on entretien une obscurité sciemment, posant presque le doute de l'existence réelle d'un tel groupe de voleurs.En outre, leur organisation se délite, et on parle des "dernières Panthères", celles qui restent et poursuivent leurs coups sans la renommée, ni le soutien d'antan.En creusant un peu, on comprends que ces fameuses Panthers ont une histoire riche et bien réelle. Les Pink Panthers ont existées entre les années 1990 et 2009. C'est un groupe de braqueurs serbes, qui s'organise comme une "famille", et qui dévalise des bijouteries en Europe de l'ouest. Leurs coups sont réputés comme organisés à la perfection, et à côté de leur honneur, de leur ligesse, ils sont connus pour ne commettre aucune erreur. Beaucoup ont une histoire liée aux guerres qui ont ravagées les pays de l'est, et donc la formation qui va avec. Ces épisodes tragiques ont noués des liens entre ces hommes, devenus par la suite voleur de métier. Méticuleux, professionnel et à craindre; l'enfer d'un assureur quoi.En revanche, ces derniers n'ont fait aucune victime. Ils ont à cœur de ne pas blesser. Ils repèrent longuement leurs casses, qu'ils font loin de chez eux. Polyglottes, assurés dans la maîtrise de leurs armes, ils sont retenus dans l'histoire du grand banditisme pour cet éloquent "professionnalisme".Jérome Pierrat, l'inénarrable, est à l'origine d'un livre sur le sujet et on compte bien se le procurer. Tout ce qui entoure le sujet devrait donc être passionnant. Et ça l'est en partie dans Panthers, car nous approchons ce monde, la caméra se déplace jusqu'en Serbie pour nous donner un avant goût des trafics, livrer une histoire de la guerre, et montrer l'origine des Panthers. Le problème, c'est que le fil de l'histoire est petit à petit parasité par des intrigues qui in fine ne participe de rien. Bien qu'il ne s'agisse pas d'une rétrospective sur les Pink Panthers, centrer un peu plus le déroulement aurait fait du bien à Panthers. Malheureusement ce n'est pas le cas.L'histoire parallèle du personnage incarné par Tahar Rahim est intéressante également, bien qu'elle se détache rapidement des Panthers de la même façon. Peut être que deux séries auraient pu cohabiter, ou que les fils conducteurs eût été plus pertinent une fois joint.Je ne saurais vous conseiller de regarder cette série. J'ai découvert l'histoire des Panthers à travers elle, et peut être que donner de l'intérêt à leur véritable histoire n'est pas peine perdue. Tout n'est pas à jeter, et c'est toujours meilleur que Marseille, mais globalement c'est décevant. Les acteurs sont bons, les images sont bonnes, le background est bon, mais on se paume dans cet imbroglio. 6h d'imbroglio, quand bien même tu serais passionné par les Panthers et Tahar Rahim, c'est pas forcément nécessaire.On pondra bientôt un article sur les Panthers. En attendant, libre à vous d'aller mater Panthers ou de laisser ça dans un coin de votre tête avant de l'oublier à jamais.Pose ton like et partage cette daube si t'en es content.

TélévisionCharal