Guyane: Trafic d'or et rhum arrangé.

guyane-1.jpg
129581

129581

636085.189

636085.189

guyane-image-une-canal-+-critque-sans-mordant

guyane-image-une-canal-+-critque-sans-mordant

thumbs_cguyane-20150829-4301

thumbs_cguyane-20150829-4301

Guyane-la-nouvelle-serie-de-Canal-commence-lundi

Guyane-la-nouvelle-serie-de-Canal-commence-lundi

Je sais ce que vous allez dire, encore une série Canal +. Qu'est-ce que branle Iter Criminis à part se toucher la nouille sur des séries Canal ? Bonne question.On réfléchit un peu, on formule un semblant de critique et on te sert un article sur ces heures entières, passées à moitié captivé par un divertissement. Voilà ce que nous faisons.Alors Guyane ?Attiré par la présence du sympathique Kim Chapiron (à l'origine de Kourtrajmé, réalisateur de Sheitan et de Dog Pound) j'ai maté cette petite série. Création originale Canal donc, qui nous largue en Guyane avec un petit parigot, rebelle douteux de l'école des Mines qui est envoyé fort loin pour un stage de fin d'étude.Une fois sur place, son stage vire au cauchemar et le pauvre gamin découvre la réalité des trafiquants d'or. Anciens militaires français, bien installés sur place et rodés quant aux manières d'extraire ce métal précieux des tréfonds de la terre. Grâce à son intelligence, il parvient à monnayer des informations, puis sa place au sein d'une équipe de bandits dans la mangrove.Toute la saison durant, lui et son "associé" vont organiser l'extraction. Non sans problèmes, car la région frontalière du Brésil connait de plus gros poissons que ces petits travailleurs indépendants. Les difficultés se multiplient, et ce gosse plongé dans la violence extrême de ce genre d'aventure va rapidement évoluer pour survivre. Il va tout traverser, se transformer petit à petit en voyou local à son tour, tout en Skypant sa mère pour la rassurer.C'est donc une aventure haute en couleur, puisque les équipes de tournage se sont enfoncées dans cette jungle dense et inhospitalière pour ramener des scènes assez démente. Il ne faut pas grand chose pour exploiter un site qui renferme quelque kilos d'or. Juste un moteur pour pomper l'eau, de sommaires constructions pour diriger les flux, et quelques petites mains pour réceptionner le torrent boueux qui devient Or au fil des tapis et des tasseaux.Cette série nous plonge donc dans le quotidien des Orpailleurs. Ils viennent chercher les paillettes d'or contenu dans les sables et organise donc son extraction. Ensuite, la fine équipe est payée au gramme, qui leurs seront souvent repris en échange de services par le chef de meute; en général contre de l'alcool ou des prostitués, qui égayent un peu le séjour.L'intrigue de la série est audacieuse, bien que nous soyons encore en présence d'un schéma assez classique de "Jeune homme confronté à la dur réalité d'une expérience de vie en rencontrant des bandits". L'image est atypique, le cadre l'est également, et on ne trouve pas tant d'exemple de fiction sur le monde des orpailleurs. Dès lors, le cocktail est assez savant, et même si toute l'histoire se trouve être assez simple, les lenteurs nous aident à nous accrocher aux personnages et les mouvements scénaristiques sont souvent violent. Guyane divertie, ne meuble pas le déroulement de son histoire et fascine à bien des égards quant aux réalités qu'elle met en scène.Peut être eut-il fallut pousser les ressorts du background plus loin encore que de montrer bêtement un orpailleur sans chicots, racontant son histoire au néophyte lors du petit déjeuner. Peut être qu'un développement du processus d'orpaillage eut été le bienvenu, à l'instar d'explications foireuses de processus chimiques connus par le héros qui "fait l'école des mines". On retrouve dans ces scènes un authenticité douteuse, une volonté d'expliquer quelque chose aux spectateurs, sans que cela n'apporte le moindre intérêt, même si la scène est à peu près cool. Espérons qu'ils recentrent un peu tout ça sur l'orpaillage dans la prochaine saison. Il faut quand même dire, sans faire la mauvaise langue, que la série porte la dessus et que l'essentiel de celle ci se déroule sur un camp in the middle of nowhere. Mais certaines des intrigues secondaires viennent parasiter le bon déroulement de l'opération, certes donner du piment tout en montrant une autre facette de cet univers, mais il y a une volonté d'obérer une partie du travail, de ne pas tout montrer. Je reste donc sur ma fin, tout en ayant beaucoup apprécié une entrevue dans ce petit monde.Le génie en présence est de paraître authentique. A la vérité, il est difficile d'ignorer quels efforts ont dû être fournie pour transporter une équipe de tournage dans la mangrove. En outre, même si quelques-uns des acteurs au casting sont des tronches couramment présente dans une série Canal, le petit nouveau est parfaitement dans son rôle et proposera je l'espère d'autres boulots de ce niveau.On attend la deuxième saison, et on vous invite à mater la première ! En attendant, si t'es pas trop orpaillage, je t'invite à consulter un autre article.

TélévisionCharal