Bright: Fusion ratée entre le film d'action bad boy et un univers fantasy modernisé.

dos2hazxcaakqpl.jpg
WireAP_bf22042488644f8993126f151a00e69c_12x5_992.jpg

WireAP_bf22042488644f8993126f151a00e69c_12x5_992.jpg

Bright est sortit le 22 décembre dernier sur Netflix. C'est une production originale qui fait un crochet, et un bras d'honneur, au salle de cinéma puisqu'en théorie tu as entendu parler de l'évènement tout en étant convié que sur la plateforme de streaming.Pour une entreprise qui louait des dvd par correspondance il y a dix ans, sortir un grosse production avec Will Smith et un Orc (oui, oui je vais t'expliquer ça) c'est une réussite imposante.Le pitch est simple: l'Officier Ward (ou un des noms les plus utilisés dans les livres de Fantasy), incarné par Will Smith, fait équipe avec Jakoby (le seul orc de la LAPD). Malheureusement, pendant que Jakoby achète un Tacos, Ward se fait fumer à la chevrotine par un autre Orc en pleine rue. Jakoby ne parvient pas à le rattraper, Ward survit, et l'histoire commence lorsque les coéquipiers reprennent du service.Appelés sur les lieux d'un crime potentiel, ils trouvent une baguette magique et s'en suit une course poursuite effréné d'une heure et demi au pays des Gangs méxicains, des Orcs vénères et des Elfes renégats sous gurosans.https://www.youtube.com/watch?v=6EZCBSsBxkoAlors, si tu n'as pas vu la bande annonce, tu dois te demander si je suis à moitié fou. Mais non, Bright prends place dans un univers féérique et modernisé. Les personnages font parfois écho à des guerres anciennes entre les races, et la société tout entière est très clanique, mais en principe les races sont supposés cohabitées aux USA (et sûrement ailleurs). Il est bien évident que les Orcs sont souvent méprisés, alors que les Elfes sont tout en haut de la société, une sorte de super-élite fashion. Dans tout ce bordel on entrevoit d'autres créatures, comme des fées, ou des Elfes renégats plutot fachés, voir des trolls clochards. On pourrait dire que je me moque du film comme ça, mais non non, un troll clochard qui parle Orc vomit dans la voiture de Patrouille.https://www.youtube.com/watch?v=VqzK1kbx0NA

Le Pitch par Will Smith lui même, tu peux me faire confiance comme ça.

5a3d50c2fcdf1e1c008b484d-750-563.png

5a3d50c2fcdf1e1c008b484d-750-563.png

POqcbBj.png

POqcbBj.png

Harry-Potter--Will-Smith.jpeg

Harry-Potter--Will-Smith.jpeg

Le point très très très négatif, c'est que cet univers est restrictif. Il faut dire qu'on en voit pas énormément, on est cantonné à une partie très restrictive cet univers particulier. Parfois, des bribes de la société nous parviennent, mais nous sommes cantonnés à la course poursuite des personnages. L'effort concernant un univers assez novateur, une distopie très particulière, rappelle un peu District 9, mais est contrebalancé par un manque de sérieux au niveau du scénario. C'est un peu comme si tout ce qu'on nous montrait ne nous extasiait pas suffisamment pour qu'on voit que du feu au fait que d'explosion en explosion il ne s'est presque rien passé.On regarde le fusil de Tchekov au fond d'un sac pendant 2h, et le coup de feu tombe comme un cheveux sur la soupe 37 secondes avant la fin du film en irradiant l'intrigue, les méchants et la raison d'être de ce ptn de film. On suit des personnages sans trop de profondeur, dont on sait que certains sont racistes par principe quand d'autres ont peur de la mort (c'est à dire qu'on ne sait rien d'eux), et il n'y aucune évolution là dedans.Vous pouvez passer un bon moment au cours de cette épopée, mais il faut dire qu'elle est insuffisante. Il est jouissif de voir des Orcs en cuir de bikers, de voir des Elfes s'habiller en Prada et maîtriser la finance du haut d'une tour de verre. Mais c'est insuffisant. Une sorte de Remake du livre Orcs de Stan Nicholls (où l'humour est incroyablement riche et les figures des Orcs très travaillées) dans un gang de motards, aurait détrôné Bright sans complications. Comme emporté par son ambition, la course poursuite perd assez vite de son intérêt, et les leviers qui la font durer sont grossiers.Même la fin est grossière, on feint de dégoupiller un truc énorme pour ensuite le regoupiller, ranger la grenade désormais inoffensive dans son carton avec les autres, et tout le monde reprend le cours normal de sa vie. Super.Bien évidemment et étant donné le budget de Bright, tout est irréprochable et léché à l'image. On a le droit à des explosions du tonnerre et des sortilèges plutôt inventifs, détonnants. L'incrustation de paramètres courant dans cet univers magique continué est intéressant, mais pour ce qu'on en fait, il s'agira d'être déçu.On peut aussi se stupéfaire du fait que le film sorte sur Netflix et nulle part ailleurs, et que la communication tendent à se rapprocher de celle d'un film classique de chez classique; Affichage dans la rue, le métro, publicité sur Facebook, sur Youtube, etc...Si vous regardez un peu la critique, elle est négative, reconnait l'inventivité du truc (encore que, on s'extasie mais faut pas pousser non plus, le film ne réinvente rien et présente à peine ces transpositions), mais on sanctionne le fait que rien n'aille plus loin, que tout ça servent de poudre aux yeux. Cependant, le fan de ce type de monde très attaché au divertissement trouve ce nouveau cadre fabuleux pour exercer des scènes d'actions à la Will Smith. Au final, on lui attribue une logique de succès semblable à celle de Men In Black, où un mythe (Celui des Men in black) devient "réel" dans la fiction et la dépasse dans le cadre d'une enquête gorgée d'action.Sauf que MIB réinvente constamment son univers dans les trois premiers films, et travaille quelque chose qui dépend autant du fond que de la forme, de l'action que du cadre dans lequel elle se déroule. Bright n'y parvient pas, mais va rester un film d'action correct, certes "fun et divertissant". Mais aux yeux de la critique, la poudre aux yeux qu'on nous jette dans l'univers magique ne corrige en rien la faiblesse de cette logique d'action grossièrement transposée, non innovante, quasiment inintéressante d'un point de vu purement scénaristique. En gros, on se fout de ce qui se passe dans Bright, et ce qui nous intéresse et nous attire est négligée. Mis à part deux ou trois clichés sur les flics, un parallèle très foireux sur le racisme, et des histoires de clan minable, il reste quoi ? Will Smith en Harry Potter.Suis nous sur FB, sinon on te retrouvera. Paye ton partage pour nous faire connaître à tes potes les plus chelous, et va faire un tour sur le Menu pour te trouver un nouvel article fissa.

Cinéma, TélévisionCharal