Disjointed: La sitcom suprême

170823-disjointed.jpg

Vous cherchez une sitcom détente ? Vous ne trouverez pas plus détente que la came que je vais vous conseiller là.

disjointed-t.jpg

disjointed-t.jpg

Disjointed est une petite production Netflix, de David Javerbaum et Chuck Lorre (producteur de pas mal de dingueries, comme The Big Bang Theory ou Mon Oncle Charlie). On retrouve des acteurs qui font leurs armes avec ces petits formats hilarants d'une vingtaine de minutes, sous l'égide de l'ancienne de la bande aka Kathy Bates (American Horror Story, et pas mal d'autres films sympas).

MV5BMzNiZDc3YzctNmU2OS00Y2E2LWIzOTYtMDQyZjdkNGZmNzM5XkEyXkFqcGdeQXVyNjg2NjQwMDQ@._V1_.jpg

MV5BMzNiZDc3YzctNmU2OS00Y2E2LWIzOTYtMDQyZjdkNGZmNzM5XkEyXkFqcGdeQXVyNjg2NjQwMDQ@._V1_.jpg

Kathy est une excellente actrice, et son rôle dans Disjointed fait bel et bien office de mère de famille dévouée, aimante, hippie, et bien sûr foncecar de chez foncecar. En fait, dans Disjointed, tout le monde est loin, naturellement perché et carrément disjointé.

Et pour cause, Ruth (incarné par Kathy, vous l'aurez compris ptn) tient un dispensaire à Los Angeles. Elle doit transiger avec une équipe plutôt performante, mais à de nombreux égards complètement barrée. Cette petite famille tient le commerce, sur les conseils avisés du jeune Travis, le fils de Ruth, qui a fait des études supérieurs en commerce.Plein de ressources, son new management juvénile tâche de faire décoller le business.

980x.jpg

980x.jpg

On retrouve aussi les vendeuses plutôt craquantes, un agent de sécurité prénommé Carter et bien sûr Pete, l'homme qui fait pousser la beuh. Dans cette série, chaque personnage incarne un complexe solutionné par un usage thérapeutique de la drogue. On a ainsi le PTSD de Carter, ex marines désormais agent de sécurité du dispensaire qui se soigne avec les produits à disposition. Ou encore Jenny, l'asiatique sensé mener des études de médecine, qui veut dédier sa vie à soigner les maux de ce bas monde avec du cannabis.

disjointed-netflix-marijuana-comedy.jpg

disjointed-netflix-marijuana-comedy.jpg

Vous pouvez retrouver deux saisons de 10 épisodes d'environ 20 minutes sur Netflix. Une histoire se poursuit lors de la saison, mais chaque épisode est en général consacré à des évènements précis comme des interactions variées et sans rapport avec les clients du dispensaires. Les situations sont très amusantes, la mise en scène minimaliste et souvent le jeu des acteurs très poussé pour une petite sitcom.

On retrouve des extravagances assez intéressantes, sinon visionnaires. Un des points les plus novateur est sûrement la dimension "Internet" et les interfaces qui en découlent qui sont traduites et transposées à la perfection dans le petit écran. Des séries comme House of Cards avait tenté de mettre en scène les interactions qui ont lieux sur les téléphones (messageries, facebook, twitter...). Mais Disjointed arrive à amener cette dimension à un stade encore inégalé. D'une part en présentant la chaine Youtube du dispensaire, ou en faisant intervenir d'autres personnages comme Dank and Dabby qui font des reviews sur la weed. D'autre part, de nombreuses petites indications scéniques permettent parfois de se situer, ce qui fait du cadre un espace où les innovations sont permises. Les interactions avec la modernité sont très bien exécutées, et ne cassent jamais le rythme de la narration, ne semblent jamais fausse ou inutile. Tout est prétexte à rire.

dsjt_108_unit_00730r.jpg

dsjt_108_unit_00730r.jpg

Assez bien écrite, cette série est un plaidoyer en faveur des avancées légales qui se sont faites en Californie. Elle popularise une mode du nouveau stoner, et moque les problèmes qu'il induit. Au travers de différents formats, comme de fausses publicités, ou des situations quotidiennes, on se rit bien de cet incapable défoncé jusqu'à la moelle et de ses sautes d'humeur. On vous invite à comprendre, à vous moquer d'eux (ou de vous mêmes) autant qu'on éduquerait un inconnu. Et pour cause, la seconde saison se montre plus tranchante à ce sujet. Un personnage initialement hostile au cannabis en tant que médication se voit contraint d'en prendre pour résoudre ses problèmes de santé et fera son éducation auprès de Ruth.

Cette série est peuplée de mise en abîme qui permettent de transmettre et de renseigner, comme de rire, autour du Cannabis. Pour faire bref, elle n'hésite pas à montrer des sportifs consommateurs pour sensibiliser autour de ses vertus médicinales, comme montrer des caricatures de stoner incapable de choisir la composition d'un taco pendant de longues minutes.

A la manière de la weed elle même, il probable que cette série vous élève et vous retarde. Nous la conseillons donc de toute urgence ! Bordel !

Suis-nous sur les réseaux sociaux, sinon on te retrouvera. Prends le temps de lire un autre article si t'es pas convaincu par Disjointed.

TélévisionCharal