Shin Godzilla : terreur sur Tokyo

shin_godzilla_wallpaper__text__by_grandkeizerghidorah-d9xl254.jpg

Godzilla. Ah Godzilla. Voilà une licence dont je n'avais pas croisé la route depuis un bon paquet d'années. La dernière fois qu'on s'est vus, je crois que c'était pour la série animée des années 90 et merde on s'amusait bien à l'époque. Pourtant on parle quand même d'un des monstres les plus reconnus et populaires de l'histoire du 7ème art. Peut-être après King Kong et Dracula, à la limite. Toujours est-il que le gros lézard nucléaire à eu droit à au moins une trentaine d'adaptation au cinéma (toutes produites par la Tōhō, la boîte japonaise qui l'a vu naître) et a été décliné en à peu près tous les biens manufacturés et commercialisable que tu pourrais imaginer. Vraiment.

[gallery ids="4490,4491,4492" type="columns"]

Godzilla chausson pour enfant, Godzilla "paper holder" et Godzilla l'humidificateur d'air. Si si. 

Mais du coup Godzilla c'était quoi avant d'être un repose PQ ?

Godzilla, ou Gojira dans la langue d'Akira Kurosawa, c'est le plus célèbre des kaiju japonais, ces créatures immense et dévastatrices, représentations des forces de la nature propre à cette chère culture nippone. Son nom, en VO, c'est la contraction des kanji ゴリラet くじら, qu'on prononcera gorira et kujira et qu'on traduira par "gorille" et "baleine". On comprend alors mieux pourquoi les traducteurs auront préféré garder la phonétique japonaise. "Gobaleine" ça s'exporte mal.

mini-kaiju-size-chart.jpg

mini-kaiju-size-chart.jpg

Sauf qu’au Japon Gojira c'est bien plus qu'une force de la nature (ou même qu'un Gobaleine). Pour rappel, le premier film Godzilla est sorti en 1954 et le travail préparatoire à débuté deux ans plus tôt soit... 7 ans seulement après les bombardements d'Hiroshima et Nagasaki. Et même s'il répond à la base à la réédition quelques années auparavant du King Kong de 1933, le film est complètement pensé comme une personnification de la phobie nucléaire nippone. Eh ouais, on l'oublie parfois, mais le Japon est la seule nation a avoir jamais essuyé une frappe atomique. Et 70 ans plus tard, c'est toujours un immense traumatisme, surtout pour les plus anciennes générations.

830x532_homme-observe-ruines-ville-hiroshima-apres-explosion-bombe-atomique-6-aout-1945.jpg

830x532_homme-observe-ruines-ville-hiroshima-apres-explosion-bombe-atomique-6-aout-1945.jpg

[gallery ids="4496,4495" type="circle" columns="2"]

Hayao Miyazaki (gauche) et Hideo Kojima (droite) , deux réalisateurs japonais, l'un de films, l'autre de jeux vidéos, dont l'oeuvre est fortement marquée par le traumatisme nucléaire.

Du coup, dans la plupart des films Godzilla, le monstre est tiré de son sommeil par une série d'essais nucléaires américains. Sauf, curieusement, dans le remontage hollywoodien du film de 54, qui se retrouve amputé d'une partie du casting, d'un certain nombre de scènes ouvertement critique des Etats-Unis et se voit même greffer un acteur occidental pour l'occasion (wtf). D'ailleurs, s'il n'est pas réveillé par ces cons d'amerloques, la bête est soit un iguane exposé à de fortes radiations, soit une bestioles antique qui se nourrit de radiation naturelles (comme dans l'étron de 2014). Bref, le truc est toujours radioactif à un moment ou un autre.

Ce qui nous amène au véritable sujet de cet article. A savoir, シン ・ゴジラ ou "Shin Gojira" lorsqu'il est lisible pour nous autres.

a635932b7edc346e34086ad740fdc522

a635932b7edc346e34086ad740fdc522

Le "Nouveau Godzilla", donc, est le dernier film de la franchise à avoir frappé nos salles obscures. Et je préfère vous en avertir tout de suite, le reste de cet article risque de souffrir d'un certain manque d'objectivité. La raison en est qu'il y a deux putain de génies derrière ce projet et que je les aime beacoup, et que comme j'écris le papelard, je dis ce que je veux. Ces deux génies, ce sont Hideaki Anno et Shiro Sagisu, respectivement réalisateur et compositeur de Neon Genesis Evangelion, et pour qui a déjà vu l’oeuvre en question, il sera amusant de remarquer à quel point la patte artistique de l’un comme de l’autre transpirent de chaque frame du film.

[gallery ids="4512,4513" type="columns"]

Les deux mastermind derrière Evangelion (Anno à gauche, Sagisu à droite).

Pour la partie visuelle, on se retrouve du coup avec Anno aux manettes, et j’espère pour vous que vous aimez les séquences hyper cut, les gens qui parlent vite, le bullshit politique et les monstres géants parce que vous allez avoir votre shoot ptn. Anno est manifestement incapable de faire autre chose de sa vie qu’Evangelion, et il nous le rappelle avec ce film, qui a parfois des airs de spin-off. Sauf que ça marche. La rencontre entre Godzilla et ce bon Anno paraît même évidente pour peu qu’on s‘intéresse un peu à l’imaginaire du bonhomme.

neon_genesis_evangelion_150

neon_genesis_evangelion_150

Shin Godzilla donc, c’est l’histoire de la baie de Tokyo qui va subir les assauts d’une créature géante non identifiée, et comme cette fois on a pas de robots géants pour lui niquer la bouche, on va devoir faire avec les petites gens et leurs petites mains. Et comme on est au Japon, il va être question d’abnégation, de sens du devoir et de coopération à grande échelle.

Les personnages du film ne sont en fait que des maillons d’une grande chaîne, ou plutôt les engrenages d’un immense mécanisme, l’Etat japonais, et c’est par leur travail acharné que *spoiler* ils parviendront à sauver Tokyo. C’est là l’un des aspects les plus intéressants du film. Sans en faire une fable sociale, Anno nous offre une fenêtre assez rafraîchissante sur la société japonaise, sur ses maux, ses peurs, ses forces etc. Et retransmet parfaitement sa philosophie ultra-solidaire et son sens de la communauté.

ShinGodzilla_3

ShinGodzilla_3

C'est cette petite bande de nobodies qui va devoir sauver tout le Japon.

Mais que ceux qui veulent voir du gros lézard tout casser à Tokyo se rassurent, le film n'est pas chiche avec ça. Graphiquement, il met même souvent de bonnes tartes dans la gueule. Avec un budget 10 fois inférieur au cru 2014 (et des effets réalisés en mélangeant images de synthèses, costumes et maquettes), le Godzilla nouveau offre des scènes de destructions apocalyptiques vraiment stylées ; ce qui, après deux décennies de New York ravagée pour le lulz par Michael bay et des extra-terrestres en CGI fait vraiment chaud au cœur.

godzilla-1954

godzilla-1954

Allez, un mot pour conclure: on va parler deux secondes du design du monstre. Hideaki Anno a totalement fait la nique au caractère reptilien de Godzilla, on n’a jamais l’impression d’un animal sauvage mais plutôt d’un ange de la destruction qui s’abattrait sur la ville. Gojira 2016 ressemble à une immense statue, sombre et silencieuse, menaçant Tokyo et ses habitants du feu nucléaire à chacun de ses pas. Et force est de constater que l’ambition du réalisateur d’en faire le « Godzilla le plus terrifiant jamais vu » à largement été atteinte.

Allez, fais-nous confiance et va y jeter un œil. Si t'as un avis différent sur le film lâche nous un p'tit comm' et explique nous pourquoi on dit de la merde. Et si tu veux lire plus de conneries du genre, va faire un tour par ici.

Doegozzz

Cinémadoegozzz