Cristal Castles: 10 ans de sauvagerie électronique, dansante et mélancolique.

cc.jpg

"Cristal Castle is the source of all power" avance cette publicité pour le monde de She-La. Série animée pour enfant produite par Mattel, dont l'unique but est de faire connaître une ligne de jouets, elle met en scène une princesse et ses compagnons. Un tissu de Bullshit que certains ont peut être vu sur Antenne 2 (à l'ancienne) lors de Récréa 2 (à l’extrême ancienne).

https://www.youtube.com/watch?v=wR65P73X5GI&list=PL305DB99E5AB170AB&index=2

Aux Etats-unis, des publicités comme celle-ci passaient fréquemment à travers le tube cathodique. Ethan Kath et Alice Glass font de la musique ensemble et il leur apparaît comme évident que leur groupe devra s'appeler ainsi lorsqu'ils entendent cette phrase percutante. "Le Château de Cristal est la source de tous les pouvoirs", alors il ne peut être que le leur !

Ethan et Alice se rencontrent en faisant du bénévolat. Par hasard, leurs intentions libérales leur permettent de se rapprocher et ils se retrouvent rapidement autour de la musique. Ethan comprend qu'Alice possède une sensibilité qui complète assez bien son travail. Alors batteur et elle chanteuse, les deux trublions se lancent dans une collaboration fructueuse.

Fer de lance de l'époque MySpace, ce genre de petits groupes pullulent, la concurence est rude et le début d'internet arrange tout ou n'arrange rien. Une chanson leur permet de se dégager de la masse. "Alice practice" est une ode extrêmement désordonnée, représentative de ce que le groupe fera plus tard. Un proto-son qui signe la longue déclinaison de rythmes décadents, 8-bit et saccadés de chants de gonzesse triste.

https://www.youtube.com/watch?v=zEVj5imKiXk

La chanson sort de l'anonymat, va jusqu'à accompagner l'image d'un épisode de la série "Skins" et permet donc au groupe de se positionner sur une ligne très particulière. L'ambiance grunge, post garage, que la voix d'Alice véhicule rencontre une version instrumentale, synthétique et électronique dans l'accompagnement. La voix de l'ancienne chanteuse de Fatal Fetus (un groupe punk féminin) est captée par inadvertance par un ingénieur en studio alors qu'elle s'échauffe. On capture ainsi la spontanéité de la douce Alice Glass, qui avait choisi le morceau et balbutiait un texte de son cru.

Le succès, environ 200 000 écoutes, vient couronner cette suite d'étapes hasardeuses et stabilise le duo. Ce sera leur premier 45 tours, pressé par Merok Records en 2006. La carrière de Crystal Castles est lancée. En 2008 c'est le premier album, en 2010 le second, en 2012 le troisième, et le groupe éclate sur fond d'agression sexuelle et d'emprise démesurée de Kath sur Glass. Le quatrième album se fera donc sans elle, et une nouvelle cantatrice rejoint le Château de Cristal pour que l'aventure se poursuive.

https://youtu.be/M7zxAI3GW2o

Soit, on sait ce qu'est Crystal Castles désormais. Mais qu'est-ce qu'ils font bordel ? On a le premier et le dernier son, mais entre les deux, qu'est-ce qu'il y a ?

Eh bien mon ami, si tu aimes la musique électronique et que tu ne connaissais pas ce petit duo, laisse moi te dire ce que tu vas trouver ! Tu vas rencontrer un univers creepy au possible, où visuellement on se rapproche tant du garage, du grunge, que de la mélancolie synthétique et de la danse thérapeutique. Tu vas dépenser de la bonne calorie sur Kept (extrait du dernier album, sans Alice donc), tu peux me faire confiance bordel.

https://www.youtube.com/watch?v=CfbCLwNlGwU

Si tu as écouté tous les sons jusqu'ici parce que t'as que ça à foutre, tu peux commencer à comprendre ce style si singulier. Le rythme est dansant, rétro, et pourtant fait face à la modernité de l'époque avec un souffle novateur assez déstabilisant. La légèreté d'un dispositif aussi transformé force à tout sauf à songer au naturel, et pourtant la fraicheur de la voix d'Alice Glass et la justesse des oscillations font du bien à nos oreilles (ou les dérange au plus au point, selon ton goût pour l'expérience). On retrouve ce côté rétro dans beaucoup d'autres créations d'ailleurs.

Cet électro expérimental embatardie par beaucoup de styles continue sans la chanteuse, qui se trouve remplacé par Edith Margo Frances. C'est là que des morceaux comme Kept, Enth ou Intimate, donnent un nouveau sens à la ligne directrice du groupe.

https://www.youtube.com/watch?v=DEVmdexrxCM

Il y a quelque chose de très complet, de plus polissé et de novateur à chaque moment. Il y a un écho lointain à une technologie du passé mais une onde qui fait vibrer dans chaque note avec une précision certaine. Les finitions, les arrangements, et même les moments planants semble plus aboutis dans ce dernier album. Il est probable que la vision destroy d'Alice ait été remplacé par une manière moins sauvage d'aborder leur musique.

Il faut dire que cette dernière influençait énormément les choix artistiques du groupe, et que son style très décalé parvenait à teinter la musique avec du crade. Un crade qu'on aime, mais dont le côté synthétique rappelait un vieux robot, un déhanchement 80' mais dans l'antre d'un Kurt Cobain et sur un rythme qui passe à la radio des voitures cheaps du Cinquième Élément. Tu vois ce que je veux dire avec cette métaphore élaborée ?

https://www.youtube.com/watch?v=95yrnArt0h0

Elle est entraînante à mourir. Il bien évident que le départ d'Alice Glass change à jamais l'ADN du groupe. Il apparait que le côté plus polissé, plus semblable à un produit fini, soit la résultante de son absence. Mais il y a dans certains de ces lives des instants magiques, comme dansants et suspendus dans les airs, où elle berce le public sur de vieux synthés. A la même époque, des groupes comme Alt-J, Foals, Nine Inch Nails ou Imagine Dragons, vont passer sur la même scène qu'eux au festival Lollapalooza.

Mais qu'est-ce que tu vas faire contre ça ? Fainting Spells, Year of silence, et toutes les chansons du second album, ont un côté mystique, déroutant. Entraînante à mourir, c'est la bonne expression. Et ptn ça fait du bien !

https://www.youtube.com/watch?v=ZCbI2K9-3bU

Cette cadence zombiesque ultra saturée vient sagouiner tes tympans avec des rebonds et des bribes de supplications que tu ne comprendras même pas. Y'a rien à faire, c'est de l'électro expérimental grunge et sauvage, que tu ne pourras pas définir autrement qu'avec une punchline. Les changements dans le groupe ont atteint la musique, jusqu'à en faire deux groupes différents et deux communautés de fanatiques différentes, mais qu'importe. Si on prend leur aventure rétrospectivement, on peut aimer les deux courants.

Comme quoi, il ne faut jamais sous estimer les histoires qui démarrent devant une publicité pourrave, et qui inspirent à des illuminés un genre tout à fait novateur. Jamais.

Va poser ton like sur Facebook, ne sois pas ingrat. Et va écouter Crystal Castles ptn.

MusiqueCharal