Eloge de Strip Tease, le magazine qui vous déshabille ou la véritable télé-réalité.

strip-tease_logo.jpg

Depuis que Benjamin Castaldi a introduit Loft Story, on assiste à la multiplication de show TV lobotimisant. On diffuse sur toutes les chaînes et à toutes les heures, des contenus où de jeunes débiles découvrent la réalité.

loft.jpg

loft.jpg

N'importe quelle réalité peut être un sujet; la réalité du travail, de l'effort, de la misère, de la vie... Parfois parqué dans un QG, une villa luxueuse, pimpante et à l'architecture "nouveau riche", les héritiers du loft (qu'ils soient Ch'ti ou Marseillais) se ridiculisent à longueur de journée. Toute la mise en scène est faite pour qu'ils soient jugés, et les petites stars pullulent.

Quid des vrais stars ? Des vrais moments ? De la réalité réelle ?

loft-story-que-sont-ils-devenus-156882_w767h767c1cx148cy172.jpg

loft-story-que-sont-ils-devenus-156882_w767h767c1cx148cy172.jpg

C'est Strip Tease qui en fait le portrait le plus fidèle, le plus neutre et le plus aboutie. Le "Magazine qui vous déshabille", a parfaitement trouvé son titre. Rien n'est plus réel.

Pourquoi ? Parce que la méthode est singulière. Ceux que nous pouvons appeler des documentaristes naturalistes (personnes qui font des documentaires avec pour mot d'ordre de rapporter le réel) sont des observateurs privilégiés et non participants. En somme, c'est la traduction de la méthode scientifique employée ici pour être témoin de l'action, des événements et d'une façon de rapporter le réel. Leur objectif est de rapporter un moment, de le capter caméra au poing sans le générer, sans le faire naître, sans l'influencer pendant son déroulement. On accepte leur présence, et les choses se font. Plus tard, il s'agira de monter les éléments ensembles pour leur donner un déroulement cohérent.

L'autre élément important, c'est le sujet de ces documentaires. Il y a dans un épisode de Strip Tease, une partie insidieuse qui se rapporte à la moquerie issue la comparaison des situations respectives. En général on parle de la nôtre et de la leur. Cette dimension moqueuse nous appartient, car ni le monteur, ni le cameraman ne vient déformer la réalité pour susciter la moquerie. Jamais.

En ce sens, il finit par devenir assez peu évident de moquer ces situations. Parfois elles ne sont pas comiques, et s'inscrivent dans un grand malaise que nous regardons tout de même. Parfois, elles n'ont pas de raisons d'être moquées, les choses se passent tout simplement. Souvent, on finit par être touché ou impressionné par les images qui nous sont présentées. Cette émission laisse ses spectateurs sur leurs culs.

Le potentiel de tout ce programme réside dans sa capacité à montrer sans mise en scène, un simple quotidien. Ce dernier appartient souvent à des gens qui entreprennent quelque chose, qui sont dans une épreuve ou dans la répétition infernale de la même action. Certains ont des choses à livrer aux spectateurs, d'autres s'efforcent de vivre. Cela nous place souvent dans des situations très variés, assez incroyables de prime abord.

Pour la petite histoire l'émission naît en 1985 en Belgique sur la RTBF. Elle deviendra franco-belge en 1992, ce qui explique la diversité des lieux et personnages, tous francophones. Elle cessera d'être diffusé en 2012, ce qui vous laisse un bon paquet d'épisode en petit et moyen format pour vous enjailler un moment. Ce moment, on le doit à Jean Libon et Marco Lamensch, ainsi qu'aux équipes sur le terrain, aux réalisateurs et aux petites mains qui font la magie de ces séquences d'anthologies.

L'émission avait pour vocation initiale de nous aider à nous reconnaître en s'attachant à la vie quotidienne. Le témoignage qui nous parvient est daté, et c'est là que tout devient absolument brillant et lunaire. Nous ne sommes plus en mesure de se comparer. Nous sommes les spectateurs d'un monde ancien, pas si loin, dans des sphères difficiles à atteindre. L'inverse d'Envoyé Spécial, d'enquête d'action et d'émission plus médiocres encore, qui nous plonge dans "l'action", dans le faux-inédit. Dans Strip Tease, il n'y a que les facéties des protagonistes et de leurs vies.

C'est là l'intérêt premier: la rupture avec le réel, en s'attaquant à la vision que nous avons de lui, en nous présentant ce qui existe mais passe inaperçu. Somme de galériens, de personnages excentriques ou tout simplement de situation inimaginable; Strip Tease nourrit le voyeurisme d'un travail sociologique, à la portée d'un spectateur devant un programme de France 3 à 2h du zbar.

Passons à la dégustation si vous le voulez bien.

Il y a des épisodes très connus, comme La soucoupe et les perroquets (un mec construit un vaisseau dans son jardin), Chaud Business (un ancien medecin qui ressemble à Louis-Ferdinand Céline congélise sa femme dans la cave et fait "visiter la crypte") ou encore Au pays des Merveilles (Le fameux laveur de vitre "à l'américaine" qui travail à la raclette et galère avec son ordi "Tobashi").

https://www.youtube.com/watch?v=SHJ1HL4eMLQhttps://www.youtube.com/watch?v=9EIWG6hMYqo

Il y a des épisodes légendaires, comme 600 grammes de Hachis. Lors de ce dernier nous suivons un jeune mégalo qui a à l'ambition de faire un film à la production pharaonique sans expériences ni compétences. Grossièrement il vit son délire en fumant des clopes dans un truc en plastique, sans faire grand chose.

https://www.youtube.com/watch?v=DDNf2X6RJ3A

On peut aussi parler de René L'Africain, cet ancien "champion" de cyclisme qui s'est expatrié en Afrique pour y mener une vie qui le regarde. Des personnages comme le docteur Lulu, recommande de mettre les antibios dans du vin rouge, ou le fils à maman, un immense bonhomme dont le quotidien circulaire est presque sans saveur, sont des emblèmes de vies éparpillées et enfin rapportées comme un témoignage à la société.

https://www.youtube.com/watch?v=HTkx0d0ygAc

Cette misère extrême surprend, et il lui arrive de se révéler très émouvante bien qu'à certains égards tout ne semble pas tourner très rond. Des protagonistes sont dans de petits enfers, dont il est quasiment impossible de s'extirper. D'autres ont des lueurs d'espoirs qui tournent à la lubie.

Enfin, il y a les inclassables. Une bite n'a pas d'oeil, les Caprices du Chef, A la poursuite de Madame Li, montrent des malaises, narrent de moment qu'on ne saurait inventer...Au doigt et à l’œil montre des aveugles sur leur lieu de travail, on suit l'un d'entre eux, turfiste accomplie, dans le reste de ses journées.

https://www.youtube.com/watch?v=PwgNrY5BNsk&list=PLe1iHRmz6E2FBzGGFy3WbIYLs91lxUS56 Si tu as aimé ce petit article, tu trouveras une chiée de contenus sur notre page Facebook. Dépêche-toi d’aller poser ton like sans faire d’histoire, fais pas le bâtard !

TélévisionCharal