L'Inspecteur Harry : Bienvenue à la Crim'

dirtyharry1_1215529112_crop_478x295.jpg

Qualifié de fasciste par les gauchistes à sa sortie en 1971, L’Inspecteur Harry a pourtant acquis un statut légendaire, propulsant un Clint Eastwood de 41 ans au sommet.

L’Inspecteur Harry, c’est l’histoire d’un flic des années 70 bien typique, à savoir violent, déterminé, quelque peu raciste, et franchement solitaire. Le mec peut pas manger un sandwich tranquille sans tirer sur un braqueur de banque avec son iconique 44 Magnum.

Aussi, quand un tueur en série déboule dans sa ville de San Francisco, on sent d’instinct que ça risque de mal finir pour son cul. Ledit antagoniste est inspiré du célèbre tueur du Zodiaque, tueur en série non identifié fin des années 60 début 70, qui revendique 37 meurtres en Californie.

maxresdefault-4

maxresdefault-4

Le tueur assassine une première victime au sniper, son arme de prédilection, où l’on assiste au meurtre au travers de la lunette de son flingue. Il laisse une note à la police de San Francisco, et réclame 200.000 dollars, ce qui équivaut globalement à 1.200.000 dollars aujourd’hui.

S’ensuit alors un jeu du chat et de la souris, où le tueur et Harry vont se croiser un certain nombre de fois, jusqu’au dénouement final.

dirtyharry5-3

dirtyharry5-3

Durant cette traque, le film parvient à illustrer une Amérique des années 70 divisée entre la fin des cow-boys, et la libération sexuelle. Dirty Harry,  dont le surnom reçoit plusieurs explications au cours du film, parcourt ainsi San Francisco à la quête du tueur, et se retrouve confronté à plusieurs manifestations de l’ère hippie qui règne dans la ville. Aussi, en bon keuf réac, il lui arrivera de se rincer l’œil via ses jumelles pour mater des hippies chez eux, ou de distribuer des leçons de morales aux tapins du parc, le tout pendant sa traque, et évidemment saupoudré de punchlines dont il a le secret.

cross

cross

Non content de remettre l’Amérique dans le droit chemin, les entrevues entre le tueur et Harry, portées par une mise en scène grandiloquente, donneront lieu à des affrontements épiques, entre deux personnalités radicalement opposées.

C’est bien en contradiction avec le monde décadent qui l’entoure que se créera la légende de Dirty Harry. Au milieu de bureaucrates impuissants, et de hippies à la vie dissolue, l’inspecteur fait figure de roc, de rempart contre la vilenie et la turpitude. Bien que ses face-à-face avec le tueur le mettent plus ou moins dans le mal, il se relèvera envers et contre tous, jusqu’à gagner ?

the-girl-where-is-she2

the-girl-where-is-she2

Ainsi, bien que le film et son personnage soient radicalement réacs, il en reste un film noir bien taillé, avec un tueur en série complètement fou admirablement joué, et un flic iconique joué par un acteur tout aussi légendaire. Sur ce, je vous laisse avec la punchline qui aura marqué une génération, si ce n’est plus encore.

https://www.youtube.com/watch?v=I530sPVQSc8&frags=pl%2Cwn Si tu as aimé ce petit article, tu trouveras une chiée de contenu sur notre page Facebook. Dépêche-toi d’aller poser ton like sans faire d’histoire, fais pas le bâtard ! (Clique donc sur cette phrase pour t'y téléporter !)

Cinématontonmiko