No Man's Sky : Histoire d'une renaissance

header-2.jpg

« Space : the final frontier ». Si cette citation issue de l’introduction de la série originale Star Trek résonne pour vous comme une évidence, vous êtes au bon endroit.

En effet, l’exploration spatiale est un thème maintes fois abordé dans de nombreuses créations, qu’elles soient cinématographiques, télévisuelles, littéraires, ou en l’occurrence vidéoludique.

Véritable fantasme pour certains, l’expédition spatiale connaît un engouement croissant, notamment grâce à Elon Musk et son programme SpaceX, qui nous rapproche d’une réalité pourtant si éloignée. De nombreux jeux vidéo se sont appropriés cette partie d’imaginaire, et proposent une expérience particulièrement immersive.

Tel est le cas de No Man’s Sky, qui est l’objet de notre présente étude.

  • De zéro à héros

Avant de rentrer dans le vif du sujet, il m’apparaît important de préciser l’évolution de ce jeu vidéo, qui semble symptomatique du marché vidéoludique actuel.

Le projet No Man’s Sky a débuté en 2012 par la compagnie Hello Games. Présenté au cours de diverses conférences, le jeu fait naître une attente croissante chez les consommateurs, au point d’être nommé « Most Anticipated Game » en 2016.

dims.jpeg

dims.jpeg

Mais la réalité s’avère tristement différente. A sa sortie en août 2016, la désillusion est criante : le jeu ne respecte que peu ses si belles promesses. Le mode multijoueur est inexistant, le jeu est truffé de bugs, et les graphismes sont indignes des extraits de gameplay présentés jusqu’alors. De plus, l’accompagnement du joueur est extrêmement limité, et les sessions de jeu se résument à récolter, et avancer sans trop savoir où aller. La sortie précipitée du jeu aura eu raison de lui.

maxresdefault-4.jpg

maxresdefault-4.jpg

Très décrié, le président du studio Hello Games ne lâche pas pour autant son jeu, et trois mises à jour très importantes vont faire du jeu ce qu’il est aujourd’hui. La dernière en date, baptisée No Man’s Sky Next, apporte un confort de jeu inégalé jusqu’alors, une refonte du moteur de jeu, et une réelle expérience multijoueur. C’est à cette occasion que le jeu connaîtra un regain significatif de popularité.C’est sur cette nouvelle expérience que notre observation se portera.

nomanssky-next.jpg

nomanssky-next.jpg

  • Une immensité sans pareille

Au début du jeu, vous vous retrouverez donc sur une planète inconnue, à devoir réparer un vaisseau qui semble être le vôtre, sans plus de précision, sauf sur les différents matériaux dont vous aurez besoin, ainsi que sur comment les récolter.

Screen-Shot-2016-03-03-at-2.58.07-AM.png

Screen-Shot-2016-03-03-at-2.58.07-AM.png

En effet, No Man’s Sky est un jeu dit « sandbox » : vous devrez donc fabriquer les différents éléments qui vous permettront d’améliorer votre combinaison, ou votre vaisseau. Une fois ce dernier réparé, il vous permettra de décoller de la planète, et de faire face à la première claque du jeu : vous quittez l’atmosphère de la planète sans temps de chargement, et vous retrouvez au milieu d’un système solaire, avec la possibilité d’aller strictement où vous voulez.

Fort de sa génération procédurale (création de contenu automatisée suivant des algorithmes), No Man’s Sky compte plusieurs milliards de milliards de planètes à découvrir. Grâce à sa mise à jour Next, le jeu accompagne le joueur dans différentes quêtes, qu’elles soient principales, ou données au fur et à mesure de vos pérégrinations. Vous pouvez bien entendu faire comme bon vous semble, et êtes libre d’aller explorer l’univers sans aucune contrainte scénaristique. Vous êtes littéralement un explorateur.

no_mans_sky_tips_and_tricks_image_1_0.jpg

no_mans_sky_tips_and_tricks_image_1_0.jpg

  • Une immersion maîtrisée

Face à cet univers gigantesque, le joueur aurait pu se retrouver perdu, distant d’un univers dont il ne fait pas partie. A la sortie du jeu, c’était globalement ce sentiment qui était présent. Grâce à Next, le joueur est plongé dans un cosmos dont il fait partie intégrante, et peut interagir avec toutes les formes de vie qu’il rencontrera.

Ainsi, il pourra rencontrer 3 races aliens différentes au cours de ses voyages, que ce soit sur les planètes ou à bord des bases stellaires.

Space_station_docking_650.png

Space_station_docking_650.png

Les bases stellaires sont un lieu de rencontre privilégié avec la faction alien présente dans le système solaire. Elles permettront de plus au joueur de faire du commerce via des matières premières ou des produits transformés, ainsi que de récolter des missions de différentes guildes suivant la direction qu’il souhaite à donner à son jeu.

no-mans-sky-space-station-life.jpg

no-mans-sky-space-station-life.jpg

Enfin, pour parfaire ce sentiment d’appartenance, le joueur pourra construire sa propre base, qu’elle soit sur terre, dans l’espace, voire sous l’eau, avec différentes stations (science, armement…), et même contrôler à terme une flotte qui effectuera des missions pour son compte.

1480515344_20.jpg

1480515344_20.jpg

Pour conclure, No Man’s Sky version Next est une ode à l’exploration, à la perdition, et à la contemplation. Si ce sentiment de liberté infinie vous grise déjà, et que l’appel du cœur de la galaxie se fait sentir, n’hésitez pas, il vous le rendra.

Si tu as aimé ce petit article, tu trouveras une chiée de contenu sur notre page Facebook. Dépêche-toi d’aller poser ton like sans faire d’histoire, fais pas le bâtard ! (Clique donc sur cette phrase pour t'y téléporter !)

Jeu vidéotontonmiko