Mais qu'est-il arrivé à Vine ?

Créé en 2012 et acheté par Twitter, puis lancé le 24 janvier 2013, Vine était un réseau social sur lequel ses utilisateurs partageait des clips vidéos de 6 secondes, qui se répétaient en boucle. Cette lecture en boucle des vidéos permettait aux utilisateurs d’accorder beaucoup d’importance aux détails, créant un effet d’ « allongement du temps ».

En quelques mois, l’application était devenue la principale plateforme de partage vidéo du marché. Entre 2013 et 2016, elle est au sommet de son utilisation, avec des centaines de millions d’utilisateurs à travers le monde. Malheureusement le projet est abandonné en octobre 2016, pour une tentative de renaissance avec Vine Camera, qui a franchement foiré.


Ce qui faisait la force des contenus était cette impression de regarder des tranches de vie, de rentrer dans l’intimité des vidéastes, qu’ils se veulent comiques ou artistiques.

En effet, la quasi totalité des vidéos est réalisée par des amateurs, ce qui donne ce cachet « vidéo téléphone », comme si un ami vous envoyait sa dernière trouvaille.

Ce format si caractéristique permettait une forme de comédie particulière, que l’on pourrait comparer à celle des memes d’aujourd’hui. Le format des 6 secondes permettait d’apporter une réelle « chute », qu’elle soit vue ou dite, une « punchline » en somme.

En effet, l’application était l’apanage des « millenials », jeunes entre 14 et 30 ans, qui baignent dans la culture internet. Aussi, on retrouve une comédie très absurde, remplie de références à la culture populaire, notamment celle des dessins animés. On retrouve par ailleurs les thèmes chers à la culture memesque d’aujourd’hui, avec des chats et des doggos mignons, mais aussi la « crippling depression » à laquelle fait face cette génération, qui trouve dans cette comédie le moyen d’oublier leur existence.

Par ailleurs, une autre part importante de la culture des memes est l’interconnexion de ceux-ci, la référence permanente aux memes les plus connus, directement dans les autres memes. Cette connexion était aussi très présente dans les vines, et les plus populaires ont été pétés et répétés jusqu’à plus soif, détournés jusqu’à créer une comédie d’initiés, où seuls les plus assidus parviennent à capter la drôlerie d’un meme/vine, qui en lui même n’est que peu compréhensible. 

Mais du coup je vois arriver la question, mais pourquoi tu nous parles de cette application, décédée en 2016 ?

Et bien, parce que malgré sa fermeture précoce, Vine reste une source d’enjaillement pour une importante partie de la communauté internet, en témoigne le million de compilations toutes plus collectors les unes que les autres sur l’outil youtube, vues par des dizaines de millions de fanatiques. Que l’on puisse avoir accès à autant de compilations témoigne d’une quantité de contenus créés pendant la période de vie de l’application hors du commun. 

De plus, les références aux vines les plus populaires, ou du moins à leurs « gimmicks », font partie intégrante des différents forums de qualité qui peuplent l’internet, comme le « what are thoooose ? », le « yeet » ou encore le « hee hee ». Certains ont même directement été repris par les forums de moins bonne qualité, comme le « why are you runnin’ » ? Si vous ne les connaissez pas, je vous invite à taper leur libellé suivi de vine, vous allez tomber dans les vraies choses.

Mais alors si ce divertissement est si qualitatif, pourquoi diable a-t-il disparu ?

Malheureusement pour la triste vérité des réseaux sociaux : il ne faisait pas assez de biff. En effet, les utilisateurs n’étaient soumis à aucune publicité invasive, aucun contenu sponsorisé de merde, en somme ils ne rapportaient aucun argent à Twitter, malgré leur utilisation énervée du réseau. 

Et puis Instagram est passé par là, qui s’est doté d’une fonction vidéo quasi similaire à 15 secondes, et c’est quand même beaucoup plus facile de faire du biff sur le dos des gens via cette plateforme. En plus, les « stars » de Vine ayant décidé de monétiser leur contenu, elles sont quasi toutes passées sur Instagram, Youtube, ou Facebook.

Ainsi Twitter étant en difficulté financière, faisant face à la concurrence d’Instagram, et rencontrant plusieurs problèmes d’ordre pornographique, ainsi que de droits télé, la plateforme a du shutdown le réseau.

Facebook a donc encore une fois écrasé sur son passage une communauté qui avait un peu de sens, tout ça pour de la monétisation à outrance, et c’est bien dommage.

RIP Vine, 6ever in our hearts.

Pour finir, je vous mets une compilation énervée, vous vous en ferez une idée.

Enquêtestontonmiko