Neymar, le désastre parisien

Nous sommes le 4 août 2017, Neymar da Silva Santos Junior est présenté devant un Parc des Princes en feu, numéro 10 sur le dos. Le paiement de sa clause libératoire de 222 millions d’euros en fait le joueur le plus cher de l’histoire du football. Lors de sa conférence de presse, Neymar déclare qu’il « voulait un plus grand défi », qu’il venait à Paris « pour l’ambition de ce club, très semblable à la mienne ». Le président du Paris Saint Germain Nasser Al-Khelaifi affirmera quant à lui : « Il n’y a pas deux Neymar dans le monde. J’aimerais beaucoup que l’on se revoit dans deux ans, et voir quelle sera sa valeur par rapport à aujourd’hui. »

Neymar Nasser Al Khelaifi PSG

Nous y voilà donc, deux ans plus tard. Le 14 juillet, dans le cadre de la promotion de son tournoi de Five, Neymar explique calmement en interview que le plus beau souvenir de sa carrière est la fameuse remontada 6-1 de Barcelone face à Paris. Le gars crache donc ouvertement à la gueule du club avec lequel il lui reste techniquement trois ans de contrat. Mais qu’est-ce qu’il s’est passé en deux ans pour qu’on en arrive à une telle situation ? On va tacher de se l’expliquer. 

Au moment de son arrivée à Paris, le transfert de Neymar est un véritable évènement. Effectif après plusieurs mois de spéculations sur son avenir, de rumeurs journalières, de posts sur les réseaux plus ou moins véridiques, il pose ses valises au Camps des Loges. Ce transfert est particulier à plusieurs niveaux. D’abord, Neymar devient effectivement le joueur le plus cher du monde. Son transfert à 222 millions d’euros explose le précédent record détenu par Paul Pogba, qui n’était que d’un petit 100 millions et des brouettes. 

Ensuite, il fait rentrer le Paris Saint Germain dans une autre dimension. En effet, c’est la première fois qu’un joueur au sommet de son art, un des meilleurs du monde, accepte de quitter le prestigieux FC Barcelone pour venir au Paris Saint Germain. Le club rentre dans le gratin européen en terme d’ambition, et se donne les moyens. L’objectif est très clair : remporter la Ligue des Champions. 

Présentation Neymar Parc des Princes

Sa première saison à Paris commence de belle manière. On se régale à le voir jouer, chaque match où il est présent est un évènement, à juste titre. En effet, en Ligue 1, il marche sur l’eau. Il est clairement au dessus de la compétition, sa technicité et sa prestance sont sans égal. Paris avance, Paris déroule, Paris bat même le grand Bayern Munich en phase de poules de la Ligue des Champions. Tout les espoirs sont permis. Le 25 février Paris écrase Marseille, mais Marseille écrase Neymar. Les embrouilles commencent, la sentence tombe, Neymar s’est pété le métatarse, au milieu de la saison. Alors que Paris a chuté contre le Real de Madrid en match aller des 8e de finale, il devra faire sans Neymar au retour. Logiquement éliminé suite à la défaite, le Paris Saint Germain version Neymar s’arrête donc aux 8e de finale de la compétition qu’il convoite depuis maintenant presque 10 ans. Neymar ne rejouera pas de la saison. 

Bon, c’est une première saison encourageante, l’équipe n’a pas démérité, il va revenir au top de sa forme la saison prochaine, ça va le faire.

Arrive l’été, et la Coupe du Monde (champions mon frère). Suite à ses simulations parfois honteuses et sa propension à se rouler sur des kilomètres suite au moindre contact, Neymar devient la risée d’internet pendant une bonne partie de l’été. On le soutient, on se dit qu’il va s’endurcir et revenir à Paris avec une mentalité de guerrier, qu’il va mûrir. 

Neymar coupe du monde brésil

Sa deuxième saison, la 2018-2019 donc, commence plutôt correctement. Paris avance tranquillement, gagne ses matchs, bat Liverpool en phases de poule de la Ligue des Champions, les espoirs reviennent. Neymar rate quand même 6 matchs de Ligue 1 jusqu’à début janvier, mais c’est parce qu’il est concentré sur la Ligue des Champions, paraît-il. 

Seulement voilà, le 24 janvier, le club annonce la blessure de Neymar au pied, deux semaines avant le huitième de finale de Ligue des Champions contre Manchester United. Ça commence à faire beaucoup.
Cependant, Paris gagne sur le terrain de Manchester, la qualification est quasiment assurée, aucune équipe qui a gagné sur un tel score ne s’est vue rattrapée et disqualifiée. Le 6 mars, avec Neymar dans les tribunes, puis debout sur le bord de terrain, le Paris Saint Germain est éliminé en 8e de finale après une nouvelle défaite historique. 

Deux saisons avec Neymar, deux blessures en début d’année, deux éliminations en Ligue des Champions juste après. Ça commence à faire chier.

Pour un joueur de son niveau, de ses ambitions, de son standing, être blessé coup sur coup à des moments de la saison aussi cruciaux paraît fou. Avec la science des préparations physiques et la médecine qui atteignent des niveaux inégalés chaque année, on se demande bien comment il a pu autant se faire mal, lui qui n’est pas réputé pour aller franchement au contact. 

Neymar PSG Manchester

Plusieurs raisons sortent du lot. D’abord, il casse les couilles de beaucoup de défenseurs de Ligue 1, en essayant fréquemment des les humilier, des les mettre sur les rotules, à base de gestes techniques type Fifa Street. Il joue très proche de ses adversaires, ce qui les pousse à tâcher de lui mettre des grands coups de latte, pour qu’il arrête enfin de se foutre de leur gueule. 

On en pense ce qu’on veut, c’est sa mentalité, mais c’est clair et net qu’il allait pas se faire que des potes, et qu’il allait prendre quelques coups dans la tronche. Soit.

Ensuite, et c’est là que le bât blesse le plus, c’est sa mentalité de princesse. Il est une star internationale, le sait, et le fait bien sentir. Pendant sa blessure au pied, il s’affiche sur les réseaux en soirée, part au Brésil sans prévenir son entraîneur, fait globalement ce dont il a envie. 

C’est là que le point de rupture est arrivé, et c’est pour ça que la situation actuelle est telle qu’elle est. Il n’a pas de respect pour l’institution Paris Saint Germain, ni pour le championnat français.  

En effet, l’institution Paris Saint Germain, qui tâche de se redéfinir depuis l’arrivée des Qataris en 2011, de se donner une ambition et un standing autre, a un passé bien différent. Celle d’un club de trimards, qui doit jouer le maintien de temps en temps, et rafler toutes les Coupes les autres fois, un club de passionnés. 

Reviens Pedro Miguel stp

Reviens Pedro Miguel stp

Les Qataris n’ont jusqu’à maintenant pas réussi à se donner ce prestige, cette classe, et ce respect qui caractérisent les grandes écuries européennes. Du coup un joueur comme Neymar se sent au dessus de ce club, de son institution, de son histoire de galérien. C’est précisément pourquoi il faut qu’il dégage rapidement. 

Avec le retour de son directeur sportif Leonardo cet été 2019, le club essaie de toucher ce prestige, de remettre en avant l’institution, trop laissée aux mains de gamins starlettes qui n’en ont rien à péter à part de leur propre gueule. 

La nouvelle ère qui se met en place s’annonce bien plus intéressante que celle mise en place jusqu’à maintenant, concentrée autour de joueurs détères, professionnels, et intelligents. 

Inch’allah j’ai tort.

SportMikhail Tcatchenko