Outfry: le Bu-Ket de poulet à la coréenne !

Depuis quelques temps une vague de poulet frit envahit nos locaux. Nous l’avons dit et redit.

Nous avons donc rencontré le besoin d’écrire, au sujet de ces petites pièces délicates de chicken détaillées par de nombreux artisans d’un nouveau genre. Elles nous nourissent, et deviennent donc un sujet priviliégié, teinté de confort et de poésie. Oui oui. De poésie.

Depuis le retour du Made in France, en passant par les recettes fusions les plus audacieuses, on finit par croiser des idées brillantes.

C’est là qu’Outfry entre en jeu. Ce restaurant présent dans 3 endroits de Paris (et même à Madrid, en cas de galère chez nos amis espingouins) pourra donc tous vous desservir. En quoi, me direz-vous ? Parlons-en.

La cuisine d’Outfry est tenu par un chef Coréen des plus sérieux. Et ça, c’est pas courant ! Sang Hoon Degeimbre est la définition même de fusion au service du talent ! Ce chef cuisinier a commencé son parcours en s’intéressant à la chimie, puis à la boucherie, et enfin au raisin ! Ce Coréen élevé en Belgique depuis ses plus tendres années, incarne un contraste tout à fait fascinant.

B9717940808Z.1_20181214165930_000+GILCK8Q0F.2-0.jpg


Après avoir maîtrisé les arcanes du vin, et été distingué pour ses connaissances en oenologie à deux reprises, le chef se tourne vers les vraies choses: reprendre une friterie et ouvrir un restaurant.. Cette révérance au patrimoine se soldera par deux étoiles au guide Michelin pour “L’air du temps”, titre poétique pour restaurant étoilé.

B9717940808Z.1_20181214165930_000+GILCK8Q2S.2-0.jpg

C’est donc lui, qui élabore les recettes d’Outfry. On est sur du sérieux.

Outfry: keskon mange ?

Vous l’avez compris, on y mange du poulet. Et des plus tendres et révoltés, des poulets vendéens. L’alchimie qui marche, c’est de le plonger dans l’huile, pour lui donner une friture équilibrée, puis de l’épicer à la coréenne. Oubliez donc les manifestes texans, on est sur un truc plus ambré, plus profond.

super-combo-2-810x540.jpg


Vous pouvez bien sûr investir dans un seau de poulet qui vous nourrira tout à fait, avec des pièces généreuses, choisir votre sauce et votre divertissement. Tout simplement.

Vous pouvez aussi leur faire confiance, et avoir une sauce coréenne en optant pour le Yangnyeom. On vous le conseille vivement, et cette sauce qu’on nomme volontiers Swicy (Sweet+Spicy) sur le web, saura calmer une faim pantagruélique.

Vous pouvez aussi opter pour le burger, plutôt frais, qui met n’importe quel McChicken à l’amende, sans avoir à se faire prier longtemps. La mayo ssamjang et son cheddar, font vraiment la différence, le pain est irréprochable; moelleux, tendre, il confesse l’inavouable sur l’oreiller.

L’offre des accompagnements se divise en Sésame Rice (Un petit riz vapeur avec du sésame, plutôt léger), les Edamame et Wakame Cup, et enfin des frites de patates douces ! Un univers gustatif qui allie le fast food de très bon goût, et qui fait gouter du vert à des sauces inhabituelles. Un bon mélange en ce sens !

On vous invite à vous rapprocher de cet établissement peu commun et de partir au moins une fois à l’aventure. Si vous êtes des texans indésarçonnables, vissés à votre monture, ça vaut le détour. Si à l’inverse vous aimez la cuisine Coréenne, et que vous avez envie de faire une entorse poétique à votre code de conduite, vous avez la bonne adresse.